Dernières portées des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA
Dernières portées des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA
Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA
Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA

Notre philosophie

Un métier et une passion

Le Coton de Tuléar est une vraie passion que nous vivons aussi bien sentimentalement que professionnellement parlant.

C'est-à-dire que nous aimons nos chiens, leurs chiots qu’ils nous offrent en toute confiance, mais sommes en plus des professionnels sérieux.

Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA

Nous avons une mentalité d’élevage :

  • Sélection des caractères, une traçabilité, nés et vendus chez nous et par nous même
  • Faire naître, élever, aimer et socialiser
  • Un suivi réel et sérieux, une disponibilité pour les nouveaux mais aussi anciens maîtres
  • Ne pas vendre pour vendre, savoir refuser une vente quand toutes les conditions de bien-être du chiot ne sont pas réunies et donc quand notre responsabilité morale envers lui nous y « oblige ».

... Lire la suite        ↓

Le métier d’éleveur, et oui c’est aussi notre métier, nous le revendiquons puisque ce choix nous l’avons fait il y a 14 ans en démissionnant de deux postes de cadres supérieurs, choix pas anodin et qui aurait pu être lourd de conséquences. Ce choix nous le vivons pleinement, sérieusement et passionnellement.

Qu’est-il exactement ce métier passion que nous exerçons à notre manière ?

  • La recherche de sélection, le mélange des sangs, des origines pour éviter la consanguinité si néfaste à long terme
  • Faire naître, élever, soigner, faire grandir physiquement et psychologiquement
  • Entretenir les adultes
  • Assurer tout le suivi administratif avec les divers partenaires économiques, commerciaux, comptables et autres
  • Assurer le suivi commercial clients
  • Se rendre aux expositions et Salons vente de chiots
  • Assurer tout l’administratif auprès de la Société Canine
  • Savoir aussi être un commercial, car le meilleur éleveur soit il, le plus moral, doit aussi pour vivre vendre ses chiots
  • Toujours garder sa moralité comme ligne de vie
  • Respecter nos chiens, ne jamais oublier que les chiots naissent de par notre fait, nous avons envers eux une responsabilité énorme !
Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA Philosophie des Cotons de Tulear d'Ivandry éleveur canin professionnel à Camaret Vaucluse 84 PACA

Je dis souvent à mes enfants aimez-les, respectez-les, les « pépètes »(les mères) donnent ce que nous nous ne donnerions jamais; si on comprend cela, on ne se perdra jamais en route.

"Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé" de Antoine de Saint- Exupéry.
Cette phrase illustre très bien notre état d’esprit.

Voici quelques articles de presse nous concernant :

Source Magazine Pedigree Pal N°19 de Février 2000 (original en notre possession).

Cathy et François Cellier : 100% Coton, 100 % passion !

Fuir la routine et gagner un nouveau confort de vie, c’est le pari audacieux qu’ont fait Cathy et François en quittant tous les deux leur emploi pour se lancer à fond dans l’élevage de Coton de Tuléar. Et assurément, c’était le bon choix. Sous le soleil de la Provence, le couple s’épanouit dans un nuage de Cotons ... de Tuléar.

Pour Cathy, le Coton de Tuléar, c’est une longue histoire. Il faut dire qu’en 1967, à Madagascar, elle faisait ses premiers pas au milieu des chiens qu’élevaient déjà ses parents. Et à cette époque, les petits chiens blancs autochtones qui sont courant sur l’Ile ne font qu’arriver dans le paysage cynophile. La race ne sera d’ailleurs reconnue par la FCI qu’en 1970, année de publication du premier standard. Quoi qu’il en soit, Lionel et Michelle Coudre, les parents de Cathy, qui sont installés là-bas se sont pris d’affection pour la race, l’élèvent et la sélectionnent. Les premiers Cotons qui débarqueront en France à cette époque sont issus de son élevage et la famille fait figure de pionnier dans l’histoire de la race.

De retour en France en 1971, avec 7 ou 8 Cotons la famille va découvrir une autre vie et l’élevage sera mis un peu en sommeil le temps de se réinstaller. Il faut attendre le milieu des années 80 pour que l’élevage d’Ivandry (qui veut dire « petit coin tranquille » en Malgache ) redémarre. Le standard qui est dorénavant bien établi est légèrement différent par rapport aux premiers sujets qui étaient élevés. Il a donc fallu recréer un cheptel; un travail d’envergure. Et Cathy, qui aide depuis toujours ses parents, est toute active à l’élevage au point d’y entrainer François devenu son mari depuis. A tel point que lorsque ses parents prendront leur retraite fin 1996, ils ne vont pas hésiter longtemps avant de reprendre l’élevage.

Devenir éleveur, un choix de vie

"Nous avons tout quitté pour les Cotons" explique Cathy 
"François était agent de maîtrise, et moi-même avait un emploi de secrétaire de direction, mais nous avons préféré un autre confort de vie en nous installant à la campagne, auprès de nos chiens".
Il faut dire que le couple voit les choses en grand mais pas au détriment du bien-être des chiens et de la qualité. Dans le monde du Coton, l’élevage d’Ivandry s’est taillé une solide réputation même si les époux Cellier n’ont pas le temps de sortir en expositions.

Aujourd’hui le bilan est largement positif; pas de quoi regretter de s’être lancé dans l’aventure; les époux Cellier ont réussi à transformer leur passion en métier. N’est-ce pas ce que pourrait souhaiter tout un chacun ?

« Ne jamais relâcher son attention »

Cathy et François sont très vigilants en matière de sélection. "C’est un effort constant qu’il faut réaliser pour ne pas tomber dans une dérive". Ainsi, lors de la reprise de l’élevage, ils n’ont pas hésité à se tourner vers d’autres origines; en achetant d’abord un étalon d’une lignée différente et en achetant aussi d’autres femelles. Brasser les sangs, et épouser le plus parfaitement le standard de la race, sans jamais négliger le caractère, voilà le credo de l’élevage. Pas question non plus de produire des sujets de trop petit gabarit, pour lesquels il y a pourtant une grosse demande de la part du public néophyte, mais qui ne correspond pas à ce que doit être la race.

Une ouverture vers les autres qui semble porter ses fruits; en quelques années, les progrès réalisés sont déjà visibles et l’élevage d’Ivandry travaille en parfaite harmonie avec les directives d’élevage du Club de race.